Vous prendrez bien de la glace avec votre WindowsPhone7?

Cher lecteur, aujourd’hui, je vais parler de communication. Et même plus fort : d’opération de communication, de street marketing! Tu noteras avec émoi que l’évocation du mot communication sur ce blog te donne une impression de déjà vu, une indéfinie sensation se rapprochant du mot qu’on a sur le bout de la langue, mais qui, le bougre, ne veut pas sortir, préférant profiter de cette piscine à vagues et mousse qu’est la bouche. Microsoft a sorti en grande pompe (enfin a essayé, j’y reviens) son OS mobile Windows Phone 7. Windows Phone 7 n’ayant pas de rapport avec le plus court nominalement parlant Windows 7 (ou Seven, si tu es hype et as des dents blanches).

La semaine dernière, pour marquer les esprits (ou donner la chance à des jeunes de gagner un peu de sous en subissant la pluie et un imper siglé Microsoft), Microsoft a enfermé des téléphones sous Windows Phone 7 dans des blocs de glace. Pour les gagner, il fallait simplement attendre 3h sous la pluie que le responsable lance le « ok » permettant de briser la glace (au sens propre), récupérer le téléphone et gagner un vrai téléphone sous —Windows Mobile—Windows Phone 7. Car oui, les téléphones prisonniers en dessous de zéro étaient factices (chose que toi, lecteur intelligent, avais déjà compris, mais quelque personnes ont posé la question, je préfère assurer mes arrières). Ces « jeux » ont eu lieu jeudi, puis samedi. N’ayant entendu parler de cet opération que vendredi, je me suis empressé d’organiser mon samedi afin d’y assister (début de l’opération à 9h, réveil réglé en conséquent sur 11h), et, pourquoi pas, revenir avec un de ces Windows Phone 7, cupide que je suis.

"Maître, dépêche toi, j'ai froid!"

Samedi donc, direction Caumartin, armé de ma foi et mon fidèle téléphone sous Android (tavu comme je suis un true rebelz). Après avoir parcouru quelques rues (« bon, quand ils disent « caumartin », c’est « havre-caumartin » ou c’est un autre? »), du vert m’a explosé l’oeil droit, me laissant juste le temps de couvrir l’autre oeil afin de le protéger. Écartant doucement la main de mon oeil intact, j’ai découvert l’origine de ce vert : une rue dont tous les plots étaient ornés de ballon verts, de flyers vert, et de bonshommes verts. Ah non, c’est pas des bonshommes, c’est les G.O. Microsoft (les jeunes précédemment cités quoi). J’étais proche du but. En m’approchant, je découvris les deux blocs de glace, et m’approcha des gens Microsoftés pour taper le bout de gras, espérant avoir indiscrétion sur l’heure de « droit de défonçage des blocs ». Les gars étaient forts sympathiques, mais après un petit moment, ils nous ont avoué que les blocs seraient mis à plat avant qu’ils se fassent exploser (ou pas d’ailleurs). Et là je me dois, petit lecteur, de t’avouer une chose. Je m’étais avant de venir renseigné sur les techniques de défonçage de glace qui avait permis aux heureux élus du jeudi de repartir avec leur précieux.

En vrai, yavait plus de monde. Mais en vrai, il faisait très froid.

Durant ce jeudi, les blocs de glaces étaient posés à la verticale, de malins badauds ont après étude précise des blocs inventé la technique dite du « prends ton élan et balance ton pieds dans le bloc », provoquant la chute du bloc, et l’explosion de celui-ci.

Problème donc, car en ce pluvieux samedi, les blocs seraient allongés, rendant impossible une explosion par leur propre poids entrant en contact avec le sol. Et ces blocs étaient insoulevables (se dit d’une chose qui n’est pas soulevable, comme dans « Dites moi Jean-Michel, cet animal serait il insoulevable? » « mais enfin ma chère Marie-Christine, c’est un éléphant! »). Je suis donc allé récupérer un morceau de palette afin de m’en servir comme marteau, car je suis, vois-tu, un garçon plein d’entrain et de bon sens quand il s’agit de gagner quelque chose (ou quelqu’un d’ailleurs, mais ceci est autre chose), et que de toute façon, après avoir retourné les Galeries Lafayette, je n’ai trouvé ni piolet, ni marteau. Après 1/2 heure d’attente, les candidat au déglacage ont été réuni par celui que nous appelerons « le chef », un homme qui était là parce qu’on l’avait obligé à être là, et qu’il en avait rien à faire des WindowsMachin7, lui, il est manager d’équipe de street marketing, et il fait comme on lui a dit de faire, vous comprenez, c’est pas moi qui décide, je ne fais que suivre les ordres, et rangez votre morceau de palette pour la photo monsieur, ça fait trop violent.

"Un, deux, tr.." "YAAAAAAAAAH" *BAM* "trois."

Bref, un tirage au sort s’organise entre les participants (alors que normalement, c’était dans l’ordre d’arrivée, je me serais pas amusé à attendre sous la pluie sinon, mais bon, je suis cool et bien élevé, moi), et Gilbert, qui bosse dans le coin, est désigné premier. Gilbert s’échauffe, se prépare, défie le bloc de glace, révise dans sa tête le plan d’attaque qui lui permettra de régler son compte à ce bloc de glace. Lucien lui tape sur l’épaule, goguenard, et lui dit en lui tendant un petit poteau « tiens, je l’ai récupéré en face du boulot ohohohoh ». Ce petit poteau, c’est les truc en métal qui empêchent les voitures de monter sur les trottoirs. Vous visualisez? C’est lourd hein? Gilbert le prend, et avant que « le chef » n’ait d’autre possibilité que de regarder avec effroi la scène en priant pour ne pas perdre son job pour cause « d’utilisation d’objet de la voie publique pouvant causer des tords physiques à des personnes ayant la possibilité d’être un jour clients Microsoft », Gilbert part à l’assaut de la bête de glace. Son arme s’abat avec force contre la glace, creusant sous chaque coup l’écart séparant le Windows Phone 7 de l’air, et de son nouveau propriétaire. En quatre coup, d’une violence telle que seul l’appât du gain peut provoquer, Gilbert, la chemise complètement fichue, sort victorieusement son téléphone. « Le chef » pleure dans son coin, les passant regardent atterrés la scène, Gilbert se fout de sa chemise, il a un nouveau téléphone.

Gilbert, c'est un mec qui sait briser la glace

Devant tant d’injustice, je suis parti. Déçu, mais amusé par la tournure des évènements. Car finalement, je venais pour me moquer de Microsoft, enfin de cette opération de communication, le produit ayant l’air plus que sympathique. L’opération de jeudi a en effet été un fiasco médiatiquement, se faisant plomber par deux blogs, ayant une existence proche de nulle sur Twitter et Facebook. La faute à des blocs trop facile à casser (le premier arrivé cassait sans soucis le bloc), et surtout une absence des produits en magasins associée à une invisibilité de connaissance de la nouvelle plateforme mobile de Microsoft par les équipe de Orange (partenaire pour l’occasion). Un flop, comme on dit.

Samedi a été tout aussi fructueux médiatiquement, le (la?) Community Manager n’étant pas connecté de vendredi matin à samedi aprèm, laissant une page Facebook et un compte Twitter désespérément vides. Les produits quand à eux étaient enfin disponibles dans quelques boutiques, et surtout en ligne. Bref, une opération bizarre, qui n’a pas fait « buzzer ». Était-ce le but? Je pense que oui, l’idée est originale quand même, et le dispositif était large, mais ça n’a pas pris.

6 Comments

  • By Thomas, 27 octobre 2010 @ 12 h 28 min

    Tu voudrais pas nous analyser l’étonnante stratégie marketing de Microsoft autour de la vente de Windows Phone 7 ?
    Genre la phrase d’accroche, littéralement… WTF ?
    « Il est temps qu’un téléphone nous fasse décrocher du téléphone »

    Hum…

  • By remi, 27 octobre 2010 @ 19 h 33 min

    Cela ferait effectivement un bon post, et tant qu’à enchaîner les posts « Windows Phone 7 », je déclare ouverte la « Windows Phone 7 week » (que d’anglais que d’anglais!).
    La stratégie de Microsoft est peut être étonnante, mais surtout est très maline. En gros, les équipes de cet OS sont parti d’une remarque : iOS est là, Android est là, Symbian est là, yen a d’autres en approche (Bada)… ET, ils se ressemblent tous : interface principale, puis menu avec toutes les applis. Au lieu de copier leurs concurrents, ils ont choisis de déplacer le terrain de jeu, ce qui était la bonne chose. A quoi servirait d’attaquer frontalement des adversaires déjà bien en place (à part pour dire « ouaiy, nous aussi on peut le faire »)? A rien (bon, yen a qui suivent, c’est bien).
    Du coup, ils se sont concentré sur M’sieur et M’dame Michu, qui veulent pas passer 3h sur leur téléphone.
    Donc la promesse de Windows Phone 7, c’est : accède vite et bien à l’info que tu cherches, comme ça tu pourras te concentrer sur ce qui est vraiment important, aka la vraie vie du dehors avec des gens et tout, aka « raccroche ton téléphone ».

  • By Thomas, 27 octobre 2010 @ 20 h 42 min

    J’avais bien compris l’idée (notamment en lisant la version d’origine), mais la traduction française laisse un doute :
    « Achetez notre téléphone pour ne pas acheter notre téléphone. »
    Diantre.
    Après, ça accroche, mais c’est illusoire de penser que si ça accroche, ça marche (la pub est bien aussi).

    Par contre, Windows 7 Mobile me tente plus qu’Android (peut être que la v3 sera mieux). J’aime bien leur navigation par volet, originale et plutôt bien pensée !
    Et jolie !

  • By remi, 27 octobre 2010 @ 22 h 43 min

    Je n’avais pas vu cette traduction (fantastique…).
    Bref, en tout cas ce que j’aime bien, c’est que la communication ne ment pas sur le produit. On est effectivement sur un téléphone qui permet d’accéder facilement aux infos qu’on cherche. Bon, après, avec l’intégration du xboxlive et des jeux via xna, je doute qu’on passe « moins de temps sur son mobile » ^^

    Android, pour moi, c’est un iphone like, plus customisable en gros. Alors que Windows Phone se pose en vrai outsider, pour une fois que la créativité vient de chez Microsoft, je vais pas me plaindre! Autant je pense pas que ça me conviendrait, autant je pourrais le conseiller à ma soeur ou ma mère.

Other Links to this Post

  1. Cita — 1 avril 2013 @ 22 h 59 min

  2. 공지사항 - test — 22 juillet 2013 @ 19 h 59 min

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Écrire un commentaire

WordPress Themes